Introduction

Cette page vous présente l'éditeur des routes réparti en deux chapitres :



Chapitre 1 :

Cliquez sur ce bouton pour ouvrir l'éditeur des routes dans lequel vous avez la possibilité de :

  1. Sélectionner un style de route,
  2. Choisir le type de route ou d'intersection à poser. Il peut s'agir, par exemple, d'une route en bitume ou un chemin de terre agricole,
  3. Régler la hauteur absolue ou relative des routes à poser par rapport au terrain,
  4. Dupliquer la route sélectionnée dans une direction de votre choix.

Chapitre 2 :

Cliquez sur ce bouton pour ouvrir l'éditeur des infrastructures routières, dans lequel vous pouvez sélectionner via la liste déroulante un modèle (objet) réparti dans une des catégories suivantes : gares routières, ponts et tunnels routiers, murs, arcades, remblais, etc.


Chapitre 1

Voici la présentation de l'éditeur des routes divisé en quatre sections entourées en rouge :


1ère section (Style de routes)

Cette section regroupe dans une liste déroulante plusieurs dizaines de modèles de routes différentes. Par défaut, il s'agit du modèle Road2. Rien ne vous empêche d'opter pour un autre style de route. Ici, par exemple, j'ai choisi une route nationale avec des bas-côtés en terre.

Lorsque vous cliquez sur la liste, celle-ci s'ouvre pour vous permettre de choisir un style de route. Il peut s'agir par exemple d'une route nationale, d'une route enneigée, d'une route urbaine endommagée, etc. Le choix est vaste.

Toutes les routes ne sont pas traduites en français, mais lors de la sélection, un aperçu du modèle de la route apparait dans une zone, vous permettant de le visualiser sous toutes ses formes grâce à la souris avant la pose dans la fenêtre de planification 2D. Cliquez ici pour en savoir plus sur la manipulation des objets avec la souris dans la zone d'aperçu.

Une fois que vous avez choisi le style de route à poser, il est temps de passer à la 2ème section pour en choisir le type.


2ème section (Routes)

Dans cette section, vous pouvez voir cinq boutons énumérés de gauche à droite ainsi qu'une case à cocher pour poser des poteaux électriques le long de la route. Bien-sûr, ici, nous n'allons pas faire courir un fil électrique au-dessus de la route ! D'ailleurs, si vous affichez celle-ci dans la fenêtre 3D, vous constaterez qu'aucun câble n'est visible. Non, cette fonction va surtout nous servir à poser des poteaux pour amener l'éclairage public. Rappelez-vous dans l'éditeur des voies ferroviaires, les points blancs symbolisent l'emplacement des poteaux caténaires. Ici, ce sera les poteaux de l'éclairage public.

  1. Pose d'une section routière : Il s'agit d'une route tout ce qu'il y a de plus classique. Nous verrons plus loin, comment la courber ou la cintrer selon les besoins.
  2. Pose d'une section routière à 3 directions possibles : il s'agit d'une route à 2 embranchements.
  3. Pose d'une section routière à 2 directions possibles : il s'agit d'une route à 1 embranchement.
  4. Pose d'une section routière avec un arrêt pour chantier.
  5. Supprimer la route en cours de sélection.

Dans la première section, vous avez choisi le style de route, maintenant nous allons choisir le type, à savoir une route classique ou une route à plusieurs directions ou encore une section fin de route avec un arrêt pour chantier. Cliquez sur un des boutons (1 à 4) pour sélectionner le type de route à poser.

A ce stade, si vous cliquez dans la fenêtre de planification, vous verrez votre section de route apparaître ! Au début, je vous conseille de procéder ainsi pour vous familiariser avec la pose et nous allons voir dans la 3ème section, qu'il est tout à fait possible de régler la hauteur de la route pour créer une pente par exemple.

Pour supprimer une section, sélectionnez-la et cliquer sur le bouton supprimer (bouton n° 5).

Important :
A chaque création d'une route avec ou sans embranchement, vous remarquerez par défaut, un petit triangle vert à gauche et un point vert à droite. Ces symboles correspondent au sens de circulation.

Dans l'image ci-dessous, le sens de circulation s'effectue de gauche à droite :

Le triangle vert au début indique le sens de circulation des véhicules et le rond vert indique l'extrémité de la route. Les flèches de couleur rouge foncé aux extrémités indiquent l'emplacement pour effectuer d'autres raccords entre les sections.

Dans l'image ci-dessous, le sens de circulation s'effectue de droite à gauche :

Le triangle vert au début indique le sens de circulation des véhicules et le rond vert indique l'extrémité de la route. Ici, vous remarquez aisément le sens de circulation inversé.

Alors pourquoi j'insiste sur cet aspect ?

Tout simplement parce-que le sens de circulation est primordial pour la mise en place des contacts et des signaux. Par défaut, les signaux sont placés à droite de la route dans le sens de roulement des véhicules, mais depuis EEP9, vous avez la possibilité de les déplacer dans le sens de roulement inverse. Nous y reviendrons lorsque nous aborderons le chapitre des signaux.


3ème section (Hauteur)

Dans cette section sont regroupés tous les paramètres pour gérer la hauteur de la route. Il s'agit de la hauteur absolue et relative (nous allons y revenir plus bas dans ce chapitre). Le paramètre d'alignement comporte une zone de saisie ainsi qu'un bouton pour l'ajustement de la différence de hauteur entre la route et la surface du paysage.


Ici, vous pouvez régler la hauteur de la route par rapport à la surface du terrain ou utiliser le facteur d'alignement pour régler la différence de hauteur entre la route et la surface du terrain. Avant de rentrer les nouvelles coordonnées, vous devez bien-sûr sélectionner la route en question.

Il y a une différence entre la hauteur absolue et relative. La hauteur absolue se réfère à la hauteur d'un modèle (ici en l’occurrence la route) par rapport à la surface d'origine qui reste inchangée (généralement au niveau 0). La hauteur relative détermine la différence de hauteur entre le modèle (route) et la surface réelle du paysage.

Les paramètres de hauteur des routes influent sur certains paramètres (nombre de nœuds du projet pour l'aspect des pentes, etc). Vous trouverez plus de détails dans le chapitre 4.6.5 Voie et surface de paysage du manuel EEP15 à partir de la page n° 110 (ce chapitre concerne les voies ferroviaires mais s'applique autant pour les routes que pour les voies naviguables, les voies aériennes et plus généralement, tous types de voies). Je vous conseille chaleureusement de le lire et de reproduire les quelques petits exercices pour bien appréhender cette notion fondamentale de la hauteur dans EEP si vous voulez créer des paysages réalistes et attrayants avec du relief.


4ème section (Dupliquer les routes)

Dans cette section, vous avez tous les outils nécessaires pour dupliquer les routes et ainsi élaborer tout un réseau routier rapidement.

Commencez par sélectionner la route que vous souhaitez dupliquer. Ensuite, vous pouvez choisir parmi les 5 options concernant la direction à prendre pour la duplication (à gauche, vers l'avant, à droite, au-dessus ou au-dessous). Indépendamment de la direction, vous pouvez inverser le sens nominal de la route. Pour ce faire, cliquez sur la case à cocher Inverser.

Vous pouvez aussi régler l'espacement (en mètres) de la nouvelle route dupliquée par rapport à la route originale. Par défaut, la valeur est fixée à 4,5 mètres.

La case à cocher Maintenir le style vous permet de conserver le style de la route originale. Si cette case est décochée, vous pouvez sélectionner un autre style dans la liste tout en haut (cela aura pour effet de mettre à jour la zone de liste du bas) et d'appliquer ce nouveau style à la route dupliquée. Reportez-vous au chapitre 4.6.4 Dupliquer des voies à la page 109 du manuel EEP15 pour en savoir plus (Ce chapitre s'applique également à tous les types de voies).

Les informations ci-dessous sont issues du chapitre 4.6.1 Pose des voies à la page 85 du manuel EEP15.

Comme vous avez pu le remarquer dans l'étape n° 2, le positionnement de la première section est simple et rapide. Pour placer une autre section après la première, deux possibilités s'offrent à vous :

  1. Soit vous utilisez la fonction de duplication avec l'option Vers l'avant,
  2. Soit vous cliquez à nouveau sur le bouton n° 1 pour ajouter une nouvelle section. Une fois celle-ci déposée sur votre plan, il ne vous reste plus qu'à l'approcher de la première pour effectuer la connexion.

Personnellement, j'utilise majoritairement la première possibilité. Je trouve que c'est plus rapide et la connexion se fait automatiquement. Mais le plus grand avantage, à mon avis, est le prolongement exact par rapport aux coordonnées de la section précédente. Dans le cas d'une section courbe avec un angle de 7° par exemple, la section dupliquée reprendra les propriétés de sa voisine et un angle de 7° sera également appliqué.

Mais justement, comment fait-on pour courber une section ?

Là encore, vous avez deux possibilités que je vais détailler ci-dessous. Dans les deux cas, il faut que la route soit sélectionnée.

1ère méthode (avant EEP14 plugin 1) :

Déplacez la souris aux deux extrémités, le curseur va prendre la forme d'une flèche comme dans l'image ci-dessous :

Pour courber la section, il vous suffit de maintenir le bouton de la souris appuyé et de la faire glisser dans la direction voulue. Entrainez-vous sur une section libre pour visualiser les diverses possibilités de courbure et d'extension.

1ère méthode (A partir d'EEP14 plugin 1) :

A partir d'EEP14 plugin 1, les deux fonctions ont été séparées d'une part, pour la courbure et d'autre part, pour l'extension.

L'extension : Dès que vous déplacez la plus grande ligne (avec une flèche) de la route avec le pointeur de la souris, seule la longueur de la section est affectée et la courbure initiale est conservée.


La courbure : Dès que vous déplacez la ligne courte (perpendiculaire à l'axe de la route) avec le pointeur de la souris, seule la courbure de la route est modifiée et la longueur initiale est conservée.


2ème méthode :

Faites un clic droit sur la section pour ouvrir le menu contextuel et choisissez la commande Propriétés de la voie. Une fenêtre va s'ouvrir comme dans l'image ci-dessous :

A première vue, cela fait beaucoup d'informations à appréhender mais pas de panique ! Vous allez voir que ce n'est pas si difficile que cela.

Le cadre Début de position regroupe les coordonnées de départ, la hauteur absolue et relative, la valeur de l'angle pour la position de la route sur le plan et pour finir le facteur d'échelle (personnellement, je ne l'ai jamais utilisé).

Le cadre Caractéristiques regroupe les valeurs pour la courbure de la route qui dépend de l'angle et de sa longueur. Ainsi, vous pouvez définir :

  • l'angle et la longueur de la route
  • l'angle et le rayon de la courbe
  • la longueur et le rayon de la courbe.

Dans la même zone, vous pouvez également définir la pente en pourcentage ou en mètres.

Le cadre Inclinaison, dévers définit l'élévation du côté extérieur par rapport au côté intérieur d'une route. Contrairement aux sections droites, où les deux côtés de la route sont au même niveau, dans une section courbe, le côté extérieur se trouve légèrement surélevé du côté intérieur pour contrecarrer la force centrifuge. La valeur de l'élévation est entrée en millimètres. Pour inverser l'inclinaison de la route, vous pouvez entrer des valeurs négatives.

Le cadre Autres réglages offre la possibilité de :

  1. Poser un câble conducteur au dessus de la route. Des cercles blancs marquant les positions appropriées pour les poteaux apparaitront et il ne vous restera plus alors qu'à les poser (nous verrons ça dans un prochain chapitre). Vous allez peut-être vous demander : "Mais pourquoi un câble électrique au-dessus d'une route ? et je vous réponds : "Et pourquoi pas un trolleybus avec des pneus et une captation aérienne de courant électrique ? Ici, il convient de distinguer d'une part, les modèles de routes conçus à l'origine avec un câble aérien, auquel cas, le câble apparaitra au-dessus de la route et d'autre part, les modèles qui ne sont pas dotés de cette fonctionnalité. Dans ce dernier cas, même si vous activez la fonction Electrification dans la fenêtre des propriétés de la route, celle-ci sera sans effet !
  2. Transformer une route à double sens à sens unique. Une fois cette fonction activée, tous les véhicules rouleront au centre de la route. Bien-sûr, si la route possède une ligne discontinue centrale, cette configuration sera peu crédible visuellement. Donc, l'idéal pour ce type de route est de sélectionner une route sans marquage central comme dans les deux images ci-dessous :

  3. Fonction sens unique désactivée.

    Fonction sens unique activée. On voit bien que les voitures roulent au centre de la route.

    A noter qu'il existe également des routes à sens unique dans la première section (style de routes).

Le cadre Propriétés du balayage de la caténaire (Mise en 'zigzag' des fils caténaires).

Sur un parcours électrifié, le fil de la caténaire n'est pas toujours centré, mais est déplacé latéralement par rapport au centre de la route, empêchant l'usure prématurée des pantographes. Vous pouvez déterminer dans quelle mesure le fil conducteur est décalé par rapport au début et à la fin de la route, facilement et précisément en utilisant les curseurs de début et de fin de ligne (valeurs exprimées en centimètres).

Rappel :
Pour les routes, cette fonction s'applique uniquement aux modèles conçus d'origine avec un câble électrique aérien.

Le cadre Affichage commutateur d'aiguillage sera traité dans un autre chapitre. Pour le moment, nous travaillons sur une section de route classique.

Si vous désirez associer une info-bulle à votre section de route, cliquez sur le bouton Info-bulle pour insérer le texte à afficher (voir le chapitre sur les info-bulles pour plus de détails).

Pour terminer, la rotation de la route s'effectue directement avec la souris lorsque le curseur se trouve sur le centre de la section, comme dans l'image ci-dessous :

Mais si vous avez besoin d'être plus précis, ouvrez la fenêtre des propriétés de la route, rentrez la valeur de l'angle désiré dans la zone de saisie Angle z qui se situe dans le cadre Début de position. Votre section sera ainsi orientée précisément selon vos souhaits.

Une fois toutes les informations correctement entrées, il ne vous restera plus qu'à cliquez sur le bouton OK pour valider et fermer la fenêtre des propriétés.



Chapitre 2

Voici la présentation de l'éditeur des infrastructures routières qui se divise en deux sections entourées en rouge dans l'image ci-dessous :

La 1ère liste (en haut) regroupe les diverses catégories d'objets ferroviaires (Gares routières et quais, ponts, tunnels, etc). Il vous suffit d'ouvrir un dossier et de cliquer sur la case à cocher de la sous-catégorie désirée pour voir apparaitre immédiatement les modèles s'y rapportant.

Ici par exemple, j'ai sélectionné la catégorie Autres et j'ai coché la sous-catégorie du même nom. Aussitôt, tous les modèles de cette catégorie apparaissent dans la liste en dessous.

Dans une catégorie comportant plusieurs sous-catégories, vous pouvez en cocher plusieurs. Dans ce cas, tous les modèles concernés seront ajoutés dans la liste en dessous.

Vous avez également la possibilité de créer vous-mêmes vos propres catégories, filtrer et afficher les modèles selon plusieurs critères particuliers (Concepteur du modèle, pays, époque, etc). Consultez la page 20 - Insertion et mise en place du matériel roulant dans la section Catégories définies par l'utilisateur ou catégories personnalisées et Eléments de filtrage pour en savoir plus sur cette fonction bien pratique.

La 2ème liste (en bas) affiche tous les modèles correspondants à la sous-catégorie sélectionnée. Une fois que vous cliquez sur un modèle (et comme pour les routes), un aperçu s'affiche dans la zone dédiée pour que vous puissiez le visualiser sous toutes ses formes. Cliquez ici pour en savoir plus sur la manipulation des objets avec la souris dans la zone d'aperçu.


Exemple d'aperçu pour le modèle Rangée de garages.

Pour déposer un objet sur le plan rien de plus simple : sélectionnez le modèle dans la liste et cliquez à l'endroit où vous voulez le placer. Ne vous inquiétez pas, vous pourrez le réajuster par la suite si nécessaire. L'objet apparaitra dans la fenêtre de planification 2D comme ci-dessous :

Bon évidemment, ce garage est beaucoup moins attrayant que dans la vue 3D !

Est-ce-que vous vous rappelez la fenêtre des propriétés de la route ? Et bien il existe aussi une fenêtre des propriétés pour notre garage. Comme il existe une fenêtre de propriétés pour chaque objet.

Bien-sûr, vous retrouverez des propriétés communes mais aussi des propriétés propres à chaque modèle. Par exemple, vous trouverez des objets pour lesquels la gestion des incendies sera possible ou encore la gestion de la lumière.

Pour le moment, commençons par afficher la fenêtre des propriétés du garage. Comme pour les routes précédemment, faites un clic droit sur une des routes du modèle pour ouvrir le menu contextuel :

Choisissez la commande Propriétés de l'objet pour ouvrir la fenêtre des propriétés du garage. Si la commande Propriétés de la voie avait été sélectionnée, celle-ci aurait été ouverte en lieu et place de la fenêtre des propriétés du garage. Ce modèle a été conçu avec 2 routes d'accès (voir ci-dessous) de sorte que vous pouvez agir, si besoin, sur les propriétés de chacune d'entre-elle.

Méthode et astuce : Style de route avant la pose du garage
Le style de route appliqué au garage reprends celui choisi dans la première section du haut. Par conséquent, si vous choisissez le style Route nationale, c'est ce style qui sera appliqué. Personnellement, je ne ne sais pas pour vous, mais je n'ai pas encore vu de route nationale rentrer dans un garage ! Donc pour ce type de modèle, il sera bien plus judicieux de choisir un autre style de route. A mon avis, un bon choix sera la route invisible.
Vous avez peut-être remarqué dans la liste qu'il existe une route invisible. Alors pourquoi en créer une si celle-ci ne se voit pas ? Et bien tout simplement parce qu'elle va nous servir de "fil conducteur" pour tracer une route virtuelle sur laquelle n'importe quel type de véhicule (voitures, bateaux ou même avions !) pourra circuler.
L'avantage de cette méthode est qu'une fois votre route invisible posée, comme elle n'apparait pas en cours d'exploitation, vous pouvez décorer l'accès au garage avec les outils de l'éditeur de surface et ainsi vous créer un chemin d'accès complètement personnalisé à votre goût.

Fenêtre des propriétés du garage

Dans cette fenêtre, vous pouvez distinguer deux zones principales :

  1. Le cadre propriétés de l'objet
  2. Le cadre Eléments mobiles

Ainsi que trois boutons qui permettent respectivement :

  1. D'associer une info-bulle à l'objet
  2. D'écrire ou modifier un texte. Le bouton est désactivé car ce modèle n'est pas éligible à cette fonctionnalité (Pour en savoir plus sur cette fonction, cliquez ici.)
  3. De valider votre choix.

Propriétés de l'objet :

Ici, sont regroupées les propriétés communes à bon nombre de modèles. Dans l'ordre vous avez la position de l'objet sur l'axe X et Y, la hauteur et la hauteur relative de l'objet et les propriétés d'inclinaison sur les trois axes X, Y et Z. Dans le cadre Echelle, vous pouvez ajuster le facteur d'échelle pour les trois axes.

Des cases à cocher permettent d'activer ou de désactiver les propriétés propres au modèle en cours et comme tous les modèles n'ont pas forcément les mêmes, leurs nombres et leurs noms peuvent varier d'un modèle à l'autre. Par exemple, certains modèles proposent la gestion du feu (incendie), de la lumière ou encore de la fumée.

Pour ce garage, nous avons quatres propriétés applicables, il s'agit de l'électrification, la gestion de la lumière (si vous cliquez sur la case à cocher, la lumière s'allumera dans les garages avec les portes ouvertes), des ombres (en fonction de l'éclairage ambiant, le garage projette des ombres au sol ou sur les objets environnants) et du mode SSAO.

Eléments mobiles :

Vous vous souvenez du modèle de la voiture de sport dans le tutoriel 4 - Présentation des barres d'outils ? Nous avions le spoiler de la voiture en tant qu'élément mobile. Ici, il n'y a pas d'élément mobile donc la liste est désactivée. Si nous avions eu la voiture de sport à la place du garage, le spoiler serait sélectionnable dans la liste et paramétrable exactement comme dans la fenêtre de contrôle ou la barre d'outils en mode 3D.

En dessous de l'échelle du curseur de l'élément mobile, vous trouverez une étiquette vous indiquant le nom Lua du garage. Nous y reviendrons plus tard car avant d'aborder l'écriture de script avec Lua, vous devez avoir une bonne connaissance des éléments d'EEP.


Ce chapitre touche à sa fin. Nous venons de voir comment poser des routes classiques ou des infrastructures routières. Gardez bien à l'esprit que toute cette procédure est strictement identique pour les voies, les voies de tramways ou les voies fluviales, aériennes et annexes.

Dans les chapitres suivants, nous allons examiner d'autres modèles avec des propriétés différentes pour couvrir l'ensemble des possibilités offertes par EEP.

Cet article est maintenant terminé. N'hésitez pas à aller faire un tour sur le forum pour y poser vos questions dans les sous-catégories concernées.

Cordialement

Domi